Histoire d’une rencontre avec Marie-Pierre Autonne, artiste peintre à la voix douce et à la sensibilité perceptible. Graphiste de formation, Marie Pierre Autonne, en 2009, décide de quitter Paris pour Montréal où elle développe son activité de peintre.

Rencontre dans le bleu – Marie-Pierre Autonne / Crédits : Courtesy de l’artiste

En 2013, elle effectue sa première exposition personnelle au à la galerie Gainzbar, puis deux autres à la Galerie Espace, suivie par une exposition à l’hôtel Omni Mont Royal en 2014. La vie à Montréal est une période de grande créativité pour l’artiste. Un sentiment de liberté et d’épanouissement ressortent de son témoignage comme s’il s’agissait d’un « eldorado » artistique, une source d’inspiration alimentée par la fraicheur et la vitalité du Québec.

Le retour en France correspond, semble-t-il, à une période de remise en question par l’artiste sur  son processus artistique et même sur sa légitimité. La passion l’emportant sur les questions, l’artiste poursuit et expose à l’Orangerie du château de Montéléger, et participe notamment à Artshopping à Paris et Cannes, Art 3F à Mulhouse, puis à Project room àNew York début 2017.

Encore Maupassant ? – Marie-Pierre Autonne / Crédits : Courtesy de l’artiste

Par le hasard de la vie, nos chemins se sont croisés et justement, le « hasard » est un élément qui occupe une place importante dans l’œuvre de Marie-Pierre Autonne. On observe au sein de son travail une volonté de redonner une liberté à la matière picturale pour créer une œuvre unique, instinctive et expérimentale. L’objet du traitement de la matière est perceptible aussi bien dans son travail sur la nature qu’au regard de ses toiles abstraites. Lorsqu’elle décrit son activité, elle insiste sur la provenance et la qualité de ses matières premières. Sans aucune hésitation, elle fait venir ses pigments du Canada ainsi que ses supports en bois de bouleau. On ressent la peinture en tant que matérialité, outil d’expression et de création. Rien autour n’est choisi au hasard pour « in fine » le mettre au cœur de son œuvre. Une belle mise en abyme soulignant la finesse et l’intelligence de l’artiste. La dimension de ses œuvres est aussi un facteur essentiel pour comprendre le fond de sa démarche. En effet l’artiste travaille sur de grands formats, imposants par leurs tailles mais aussi par l’énergie et la vivacité des couleurs qui en ressortent.

Histoire de torchons – Marie-Pierre Autonne / Crédits : Courtesy de l’artiste

Au cours d’une discussion, l’artiste témoigne des difficultés rencontrées, des tendances auxquelles il ne faut pas céder au risque de perdre son identité mais aussi des portes qui sont parfois fermées. Cependant elle ne cesse d’exprimer la sa passion qui dépasse le réel et la volonté de faire entendre une voix, une démarche personnelle à vocation universelle. Entre les foires et l’atelier, Marie-Pierre Autonne progresse dans son œuvre et réfléchit afin d’analyser doucement le processus créatif qu’elle poursuit.

L’opportunité de découvrir les coulisses du travail d’une artiste et de se glisser dans l’atelier imaginaire où se mêle odeur d’huile et de bois, permet d’appréhender une autre facette du marché de l’art auprès d’un acteur essentiel qui, sans lui, n’aurait pas raison d’être. L’ouverture et la sincérité de l’artiste touchent et permettent d’appréhender une autre vision devant l’œuvre de manière intrinsèque.


Plus d’informations sur l’artiste : https://www.autonne.com/home


Lorraine PIPART