Alors que les maisons de ventes françaises se félicitent de leurs chiffres de l’année 2016 avec plusieurs records mondiaux enregistrés par les sociétés de ventes Artcurial, Christie’s et Sotheby’s principalement, et que la fondation Louis Vuitton prolonge son exposition phare « Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine » ; deux nouvelles entachent ce début d’année 2017.

En effet, le site de l’Amtsgericht Charlottenburg annonçait le 16 janvier dernier une procédure d’insolvabilité introduite à l’égard du site de vente aux enchères Auctionata, et Antoine de Galbert confirmait le 11 janvier la fermeture d’une grande institution de l’art contemporain, la Maison Rouge.

Depuis quelques mois, la start-up allemande créée en 2012 connait des difficultés malgré sa récente fusion avec Paddle8.

Vente de “Reclining Woman” d’Egon Schiele le 21 juin 2013 pour 1 827 000€ / Crédits: https://auctionata.com/en/auction-records

La jeune entreprise a su s’imposer parmi les plus grandes sociétés de ventes aux enchères internationales en quelques années, démontrant le fort potentiel des ventes en ligne. En moins de quatre années, elle ouvre des antennes à New York, Londres, Los Angeles, Zurich, Rome et Madrid. Volontaire et innovant, son fondateur Alexander Zacke semble faire l’unanimité avec deux importantes levées de fonds de 21,5 millions en 2014 puis 41 millions d’euros un an plus tard. Pourtant, en fin d’année 2016, la société attendait un investissement de plus de 10 millions d’euros qui ne s’est jamais concrétisé. Ainsi, la société n’a pu payer ses employés depuis le mois de décembre 2016 et a du procéder à environ 130 licenciements à New York et à Berlin. Le directeur général, Thomas Hesse, s’expliquait auprès du journal allemand WirtschaftsWoche en rappelant la nécessité de cette mesure. Toutefois, il s’est voulu rassurant et déclarait qu’il prévoyait une restructuration afin de recapitaliser la société en trouvant de nouveaux investisseurs. Cette restructuration pourrait passer par une décision déterminante de séparation avec le bureau installé à New York pour se concentrer uniquement sur la maison mère située à Berlin. Ainsi, pour le moment, la société de ventes en ligne est placée sous tutelle d’un administrateur qui s’assure de payer les salariés ainsi que les frais judiciaires ressortant de cette situation. Cette procédure n’empêche pas la société de continuer son activité et nous leur souhaitons de trouver de nouveaux fonds très rapidement.

… Malheureusement ce n’est pas le cas de la Maison Rouge.

Façade de l’institution la Maison Rouge / Crédits: http://lamaisonrouge.org/cgi?lg=fr&pag=2297&tab=87&rec=432&frm=0

Son fondateur et mécène Antoine de Galbert a annoncé avec beaucoup de tristesse la fermeture de son institution programmée pour la fin d’année 2018. Le directeur a expliqué très rapidement sa décision qui n’est liée ni à des soucis de santé ni à des problèmes financiers. Il s’agit au contraire de l’aboutissement d’une réflexion quant à l’absence de perspectives pour l’institution qui a tant oeuvré ces douze dernières années pour l’art contemporain indépendant.

Antoine de Galbert, fondateur de la Maison Rouge / Crédits: Le Monde, septembre 2008

Antoine de Galbert avoue qu’il préfère se retirer alors que la Maison Rouge est « au plus haut de la vague ». Paula Aiseberg, directrice de cette institution, a su créer un réel engouement autour des expositions toujours à la pointe des derniers mouvements artistiques connus. Ils ont également démontré leur réel don de découvreur de talents dont le meilleur exemple reste l’artiste japonaise Chiharu Shiota, exposée en 2015 à la Biennale de Venise. Pour ceux qui reprochent à Antoine de Galbert de ne pas avoir trouvé une solution permettant d’ancrer l’institution de manière pérenne dans le paysage culturel français, ce dernier rappelle que la Maison Rouge est restée une initiative individuelle, ne possédant pas des fonds assez conséquents pour stabiliser son activité. Il ne voulait pas prendre le risque de mettre en difficultés ses collaborateurs. Le fondateur de la Maison Rouge reste positif et rappelle que, malgré cette fermeture, sa fondation restera active et pourra entreprendre de nouveaux projets culturels.


Sources :

Artnet news

La Maison Rouge


Cécile COLLEVILLE