Le Mercredi 22 février 2017, le Conseil des Ventes Volontaires (CVV) invitait les journalistes du monde de l’art pour sa conférence de presse annuelle portant sur le marché des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques en France en 2016.

La conférence annuelle du CVV / Crédits : Le CEJART

Le Conseil des ventes, autorité de régulation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques (CVV), a publié une synthèse des résultats de l’enquête annuelle menée auprès des opérateurs dans le cadre de sa mission d’observatoire économique du secteur.

S’appuyant sur des études réalisées en interne et par leur partenaire, Harris Interactive (institut d’études marketing et de sondages d’opinion), le CVV a livré sa vision de l’état du marché en tant qu’autorité de régulation des ventes volontaires aux enchères.

Le montant adjugé hors frais, tous secteurs confondus, atteint son plus haut niveau en 2016, soit 2,9 milliards d’euros, avec une progression de 7,2% par rapport à 2015. Il faut toutefois noter que cette progression est inégale entre les secteurs. En effet, la progression pour le secteur « Art et Objets de Collection » et le secteur « Chevaux » n’est que de 5%. 

Le CVV confirme qu’en 2016 le marché se concentre autour des 20 plus grands opérateurs qui réalisent à eux seuls 70% du montant total adjugé (Dix opérateurs du secteur « Véhicules d’Occasion et Matériel Industriel », un opérateur du secteur « Chevaux » et neuf opérateurs dans le secteur « Art et Objets de collection »). Il est à craindre que cette tendance se confirme dans les années à venir, en allant en se resserrant autour des opérateurs les plus puissants.

Les deux premiers opérateurs de ventes volontaires ne sont ni Christie’s ni Sotheby’s, mais VP Auto et BCAuto Enchères (tous deux spécialisés dans le secteur « Véhicules d’occasion et Matériel Industriel »). Ces deux opérateurs distancent largement en montant adjugé les deux maisons anglo-saxonnes (343 millions d’euros en moyenne de montant adjugé pour les deux premiers contre 189 millions d’euros en moyenne pour Christie’s et Sotheby’s).

Le secteur « Art et Objets de Collection » est en progression en 2016, de 5%. Néanmoins, les trois premiers opérateurs du secteur grignotent de plus en plus de parts de marché, ils représentent désormais 39% des ventes du secteur. Certains opérateurs, moins conséquents, se rapprochent de ces titans pour effectuer quelques belles ventes. Par exemple, la collaboration de la maison Leclere et Sotheby’s, pour la vente « Robert de Balkany, Rue de Varenne » en février 2016, collaboration réussie puisqu’elle totalise à elle seule 19,3 millions d’euros adjugés.

Pour ce qui est des ventes de gré à gré, une diminution de 15% des opérateurs déclarant a été enregistrée. Une plus grande discrétion dans ce secteur semble être de mise. 99% des ventes de gré à gré font partie du secteur « Art & Objets de collection ». Il semble que les commissaires-priseurs prennent le pli de cette pratique anglo-saxonne, plus rapide et généralement moins coûteuse pour l’opérateur, l’acheteur et le vendeur, mais également plus opaque. Le montant de ces ventes a néanmoins progressé, enregistrant une hausse de 144% par rapport à 2015. Les ventes de gré à gré semblent avoir un bel avenir.

Il en est de même pour les ventes électroniques, avec une hausse de 18% par rapport à 2015. Nous sommes loin de « l’explosion » du secteur internet imaginée au début des années 2000, mais cette progression stable et régulière est solide : il est certain que sa part ira croissante d’années en années, le temps que tous les opérateurs développent cette partie de leur activité. Cette tendance se confirme avec, en 2016, 192 opérateurs déclarant une activité internationale, les acheteurs étrangers achetant 38% des biens adjugés.


Pour plus de renseignements :

http://www.conseildesventes.fr/content/publication-de-chiffres-2016-des-ventes-aux-encheres-en-france


Le CEJART