L’art contemporain africain pourra désormais compter sur un rendez-vous qu’on espère devenir incontournable. Il s’agit d’AKAA, Also Known As Africa, première foire d’art contemporain et de design dédiée à la création africaine, qui lance sa première édition du 11 au 13 Novembre 2016 au Carreau du Temple à Paris.

queen-colonaaiers
Thania Petersen, Queen colonaaiers and her weapons of mass destruction I, 2015 – Everard Read Gallery

Si l’Afrique est appréhendée à travers le prisme de son continent, la foire décide de promouvoir l’idée d’un territoire en mouvement. Elle souhaite mettre à l’honneur le travail d’artistes qui ont une relation avec l’Afrique mais pouvant vivre ou exercer sur d’autres continents.

Dans un contexte où il est urgent de décloisonner les structures rigides de l’histoire de l’art et de la création contemporaine, le CEJART sera très heureux d’assister à cette première édition prometteuse. Aujourd’hui, en France, les évènements artistiques liés à l’Afrique, comme les expositions Seydou Keïta au Grand Palais (1) ou bien Beauté Congo à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (2), rencontrent un succès fulgurant,  réponse encourageante à la fertilité de la création et le développement des rendez-vous artistiques sur le continent Africain où se multiplient les foires et biennales.

AKAA – Also Known As Africa

En plus de l’exposition des 30 galeries qui présenteront des contenus très différents venant de 11 pays, AKAA proposera un programme de rencontres en accès libre.

PROGRAMME

  • Un premier cycle intitulé « L’invention de l’authenticité » tentera de repenser la notion d’art « authentique » africain, construction anthropologique et artistique, qu’interroge la scène contemporaine avec des performances, conférences et discussions. Avec une programmation très riche qui fait appel à des acteurs très divers de la scène culturelle africaine tels que Raphael Chikukwa, conservateur général et directeur adjoint de la Galerie Nationale du Zimbabwe qui s’interrogera sur la position de l’art dans la contexte Zimbabwéen (3) ou encore Karen Milbourne conservatrice du National Museum of African Art, Smithsonian Institute qui abordera la question de l’inclusion des femmes artistes dans l’histoire de l’art de demain (4), des artistes décrypterons également leurs travaux comme Rachid Koraïchi qui reviendra sur la création de son oeuvre monumentale Les Maîtres de l’Invisible (5).

 

  • Un second cycle KWERK Lounge Series propose des discussions ouvertes au public dans le cadre intimiste du VIP Lounge créé pour l’occasion dans la foire. A retenir notamment les interventions de Barthélémy Togo et Germain Noubi à la tête du Centre d’arts visuels Badjoun Station au Cameroun (6).

 

  • Enfin des séances de dédicaces sont organisées le vendredi 11 Novembre, une bonne occasion pour les passionnées de rencontrer des artistes internationaux.

Retrouvez le programme complet des rencontres sur le site et réservez gratuitement dès maintenant : http://akaafair.com/rencontres-akaa


(1) Seydou Keïta (1921-2001), Paris, Grand Palais, 31 Mars 2016 – 11 Juillet 2016

(2) Beauté Congo 1926-2015 Congo Kitoko, Paris, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 11 Juillet 2015 – 10 Janvier 2016

(3) Samedi 12 Novembre, 14h00, Auditorium du Carreau du Temple – Parallèles 

(4) Samedi 12 Novembre, 15h30 – Auditorium du Carreau du Temple – La question du genre et le rôle des institutions d’aujourd’hui dans l’histoire de l’art de demain

(5) Dimanche 13 Novembre, 15h30 – Auditorium du Carreau du Temple – Les Maîtres de l’Invisible 

(6) Samedi 12 Novembre, 11h30 – VIP Lounge, ouvert au public – Badjoun Station – Incubateur de Culture


Léa Vicente